Demander une vignette Justice gratuite

Solicitar Justicia Gratuita

La Constitution reconnaît le droit à la justice gratuite pour ceux qui prouvent que les ressources sont insuffisantes pour plaider. Aussi lorsque la loi le prévoit dans des cas spécifiques.

La Justice Libre est un service public fourni par 46.000 XNUMX avocats attachés à l'Aide Judiciaire afin que leurs bénéficiaires puissent accéder à la justice dans le respect du principe d'égalité et du droit à une protection effective.

 

Ils ont le droit à la justice gratuite

  • Ceux qui prouvent des moyens financiers insuffisants
  • Quels que soient leurs moyens économiques, les travailleurs et bénéficiaires de la sécurité sociale (pour défendre leurs droits au travail), les victimes de violence de genre, de terrorisme et de traite des êtres humains (dans les procès pour leur statut de victimes), les mineurs d'âge et les personnes handicapées mentales lorsqu'elles sont victimes de situations d'abus ou de maltraitance.

 

Conditions d'accès à Free Justice

  • Que le demandeur n'atteigne pas le revenu économique indiqué par la loi ou appartient aux groupes indiqués ci-dessus.
  • Cela est demandé pour plaider pour ses propres droits.
  • Que la revendication n'est pas indéfendable.

 

 


Calculez si vous avez le droit

Indiquez le nombre de membres de votre cellule familiale
Le demandeur et, le cas échéant, le conjoint et les enfants mineurs à l'exception de ceux qui ont été émancipés

Les données saisies ne sont pas correctes. N'utilisez pas de lettres. Vous devez utiliser un point si vous souhaitez exprimer des décimales

Saisissez le revenu annuel de votre cellule familiale (€)
La somme des revenus de toute la cellule familiale: le demandeur et, le cas échéant, le conjoint et les enfants mineurs à l'exception de ceux qui se sont émancipés

Les données saisies ne sont pas correctes. N'utilisez pas de lettres. Vous devez utiliser un point si vous souhaitez exprimer des décimales

Répond aux critères économiques

Vous pouvez traiter votre demande auprès du Barreau de votre domicile (voir ci-dessous). Résultats indicatifs en attente d'évaluation par le barreau correspondant et la commission d'assistance juridique compétente.

Ne répond pas aux critères économiques

Le résultat de cette simulation fournit des informations à titre indicatif uniquement. Si, malgré les résultats de cette simulation, vous considérez que vous avez droit à un avocat, n'hésitez pas à consulter votre ordre des avocats.

Recalculer

 

Où faire une demande de justice gratuite

  • Au barreau du domicile du requérant.
  • Au tribunal du domicile du demandeur ou dans lequel la procédure judiciaire est traitée, qui transmettra la demande au Barreau.

L'octroi de la justice gratuite vous donne droit, entre autres, à la nomination d'un défenseur public qui étudiera votre réclamation et, le cas échéant, vous défendra devant les juges et les tribunaux.

Il dispose également d'un simulateur économique afin de pouvoir évaluer au préalable s'il répond aux exigences que la loi 1/1996, sur la liberté de la justice, établit pour l'octroi de celui-ci.

Questions fréquentes

  • La justice libre peut être demandée par tous les citoyens espagnols, ressortissants des États membres de l'Union européenne et étrangers résidant en Espagne, lorsqu'ils présentent des ressources insuffisantes pour plaider.
  • Les entités de gestion et les services communs de la sécurité sociale peuvent également demander la justice gratuite, dans tous les cas.
  • Les associations d'utilité publique prévues à l'article 32 de la loi organique 1/2002 du 22 mars, réglementant le droit d'association et les fondations inscrites au registre administratif correspondant, qui ne disposent pas des moyens de plaider.
  • Dans l'ordre juridictionnel pénal, contentieux-administratif et administratif préalable, les citoyens étrangers qui prouvent des ressources insuffisantes pour ester en justice, pour des procédures pouvant entraîner le refus de leur entrée en Espagne, leur retour ou leur expulsion du territoire espagnol, et ce même lorsqu'ils ne pas résider légalement en Espagne.
  • Indépendamment de l'existence de ressources pour plaider, le droit à une assistance juridique gratuite est reconnu pour les victimes du genre, du terrorisme et de la traite des êtres humains, ainsi que pour les mineurs et les personnes handicapées mentales lorsqu'elles sont victimes de situations de les abus ou les mauvais traitements, ce qui contribue également au droit des successeurs en cas de décès des victimes, à condition que ce ne soient pas les agresseurs.
  • De même, quelle que soit l'existence de moyens pour plaider en justice, le droit à l'assistance juridique gratuite est reconnu à ceux qui, en raison d'un accident, font la preuve de séquelles permanentes qui les empêchent totalement d'exercer leur travail habituel ou professionnel et ont besoin d'autres personnes, et ce lorsque le l'objet du litige est la demande d'indemnisation pour les dommages subis
  • Dans l'ordre juridictionnel social, pour la défense devant les tribunaux, les travailleurs et les bénéficiaires de la sécurité sociale, sans qu'il soit nécessaire de prouver des ressources insuffisantes.

Dans l'ordonnance juridictionnelle civile, commerciale et contentieuse pour demander la liberté de justice, que le demandeur veuille intenter une action en justice ou s'il a été poursuivi, il doit aller au Service d'orientation juridique (SOJ) de l'Ordre des avocats correspondant, où vous demanderez un rendez-vous pour rencontrer le consultant qui sera l'avocat qui vous guidera dans un premier temps, en complétant la demande et en indiquant la documentation que vous devez fournir au sous-traitant, qui est l'avocat qui examine la documentation fournie par le demandeur et qui résout dans le provisoire l'octroi ou non de la justice libre.

Dans l'ordonnance pénale, ce sera l'avocat qui a assisté le citoyen qui remplira la demande de justice gratuite qui devra être signée par le demandeur. L'avocat doit indiquer au demandeur la documentation nécessaire qu'il doit fournir au Colegio de Abogados concerné.

Si le requérant a été poursuivi, après avoir comparu devant le SOJ et avoir demandé la liberté de justice, il doit comparaître devant le tribunal correspondant pour demander la suspension de la procédure jusqu'à la reconnaissance ou le déni du droit à la liberté de justice, ou la nomination provisoire est résolue. avocat et notaire si leur intervention est obligatoire.

Dans l'ordre juridictionnel social, les travailleurs et bénéficiaires de la sécurité sociale, n'ayant pas à prouver leur situation économique, se rendront uniquement à la SOJ pour compléter le dossier, sans avoir à fournir de documentation.

Les femmes qui ont subi des mauvais traitements et souhaitent exercer l'accusation privée en faisant reconnaître le droit à une justice libre, quelle que soit leur situation économique, ne doivent se rendre qu'au SOJ pour compléter la demande et soumettre la plainte ou la plainte correspondante.

Une assistance juridique gratuite peut également être demandée devant le tribunal du domicile du requérant. Dans ce cas, le tribunal transférera la requête au SOJ du Colegio de Abogados qui est territorialement compétente.

Oui, à condition qu'ils prouvent des ressources insuffisantes pour ester en justice, et ce même s'ils ne résident pas légalement sur le territoire national pour les procédures pouvant entraîner le refus de leur entrée en Espagne, leur retour ou leur expulsion du territoire espagnol.

Lorsque le demandeur souhaite intenter une action en justice ou lorsqu'il a été poursuivi.

En règle générale, une fois la demande déposée ou traitée, le droit à une assistance juridique gratuite ne peut être reconnu que si les circonstances et les conditions nécessaires à son octroi se sont produites après la demande ou la réponse.

Lorsque le demandeur sollicite la reconnaissance du droit à l'assistance juridique gratuite en deuxième instance (appel) sans l'avoir demandé en première instance, il doit prouver que les circonstances et les conditions nécessaires à son octroi se sont produites au cours de la procédure de première instance ou après elle. Cependant, et conformément à l'arrêt du TC 90/2015 du 11 mai, la reconnaissance du bénéfice de la justice gratuite pour la seconde instance peut être demandée, bien qu'elle n'ait pas été initialement demandée, si le pétitionnaire satisfait aux conditions générales de sa obtention.

La même règle sera applicable lorsqu'une assistance juridique gratuite est demandée pour déposer ou suivre le pourvoi en cassation concernant la seconde instance.

 

Le demandeur de justice gratuite peut demander tout ou partie des prestations suivantes, qui sont celles prévues à l'article 6 de la loi 1/1996 du 10 janvier sur l'assistance judiciaire gratuite:

  • Honoraires
  • Conseils et conseils préalables
  • Défense et représentation d'un avocat et d'un avocat
  • Paiement des acomptes et des frais de recours
  • 80% de réduction des honoraires pour les actes publics et l'obtention de copies et de témoignages
  • 80% de réduction des droits de douane correspondant à l'obtention des notes, certifications, annotations et inscriptions et inscriptions au registre de la propriété et du commerce.
  • Assistance d'experts dans le processus.

Oui, à l'exception des droits de douane correspondants pour la délivrance des actes publics et pour l'obtention de copies et de témoignages notariés, auquel cas 20% du montant total doivent être payés, ainsi que pour les droits de douane correspondants. obtenir des notes, certifications, annotations, entrées et inscriptions dans les registres de propriété et de commerce.

Ces droits de douane ne doivent pas être payés par le demandeur lorsqu'il justifie des revenus inférieurs à l'iprem.

Le titulaire du droit à l'assistance juridique gratuite ne sera obligé de payer les frais d'avocat et d'avocat, si leur intervention est obligatoire, que les expertises effectuées par des techniciens privés si dans les trois ans suivant la fin du processus, ils parviennent à une meilleure fortune .

Si le titulaire du droit à l'assistance judiciaire gratuite est le vainqueur du procès obtenant des avantages financiers et que le jugement ne contient pas de déclaration expresse sur les dépens, il doit payer les frais occasionnés pour sa défense, sans jamais dépasser le tiers du bénéfice obtenu. Si les coûts dépassent ce tiers, ils seront réduits à ce pourcentage.

Indépendamment de l'existence de ressources pour plaider, soit parce que le mari gagne beaucoup d'argent, soit parce que la femme qui subit des abus gagne plus que ce qui est légalement établi pour l'octroi d'une justice gratuite, le droit à la même chose est reconnu pour les victimes de violence du genre dans tous les processus qui sont liés, dérivent ou sont une conséquence de leur condition de victime.

La condition de victime sera acquise lorsqu'une plainte ou une plainte est formulée ou qu'une procédure pénale est engagée, restant aussi longtemps que la procédure pénale reste en vigueur ou lorsqu'après son achèvement, une condamnation a été prononcée.

La femme maltraitée perdra le droit à l'assistance juridique gratuite si l'affaire pénale est déposée ou si un acquittement est prononcé, et à partir de ce moment, à moins qu'elle ne remplisse les conditions financières, c'est-à-dire sans tenir compte de la situation économique du mari, car il y a des intérêts opposés entre eux.

Seules les personnes morales qui sont des associations déclarées d'utilité publique, prévues à l'article 32 de la loi organique 1/2002 du 22 mars, qui réglemente les associations, peuvent demander une assistance juridique gratuite.

Les services d'orientation juridique (SOJ) dépendant des barreaux sont chargés de guider préalablement les candidats à l'assistance juridique gratuite, ainsi que de rendre compte du respect des exigences nécessaires à la reconnaissance de ce droit.

Les avocats attachés au SOJ sont également chargés de remplir les formulaires de candidature, d'indiquer aux candidats les documents nécessaires à fournir avec le formulaire de candidature et ceux qui, au vu de la candidature et de la documentation, résolvent provisoirement l'octroi ou non de assistance juridique gratuite.

Tous les documents énumérés ci-dessous ne sont pas nécessaires dans tous les cas, mais chaque cas devra être traité, en fonction du lieu de résidence du demandeur et des circonstances qu'il a alléguées dans sa demande, qui seront celles qui devront être prouvées. documentaire. Dans tous les cas, une liste indicative des documents qui peuvent devoir être fournis est fournie ci-dessous:

Photocopie du DNI, du passeport ou de la carte de séjour du demandeur.

Attestation de règlement de l'impôt sur le revenu ou attestation de non présentation de la documentation (de l'ensemble de la cellule familiale, en cas de non-obligation

Certificat cadastral de l'immobilier

Simple note d'enregistrement de la propriété si des charges sont alléguées sur la propriété

Certificats d'enregistrement et d'annulation de la sécurité sociale

Certificat d'entreprise certifiant le revenu brut annuel

Certificat de règlement de l'impôt sur les sociétés (dans le cas des personnes morales).

Photocopie de la déclaration d'utilité publique ou de l'inscription au registre des fondations (dans le cas des personnes morales).

Certificat d'enseignes externes du conseil municipal où se trouve l'adresse.

Certificat d'inscription.

Certificat INEM de période de chômage et de réception de subventions.

Certificat de perception des pensions publiques

Attestation du Service public de l'emploi de l'État (SPEE) attestant le versement de l'assistance chômage et la période à laquelle elle s'étend

Autres (tout document servant à prouver les données présumées).

Toutefois, afin d'accélérer le processus de candidature, les barreaux peuvent, dans le cas où ils sont expressément autorisés, demander plusieurs de ces certificats au nom des défendeurs. Le fichier électronique de justice libre permet d'accélérer les procédures et d'éviter les déplacements de citoyens.

Les demandes autorisées par le citoyen et traitées via le Fichier de justice électronique gratuit assurent la transparence dans la gestion, minimisent les erreurs dans le dossier administratif, réduisent le coût économique et les délais de traitement jusqu'à 40 jours.

Le système développé par l'Infrastructure Technologique du Abogacía Española, RedAbogacía, connecte déjà 70 barreaux électroniquement et facilement avec des organisations telles que l'Agence des impôts, l'Institut national de la sécurité sociale et son Trésor général, la Direction générale du cadastre ou l'Institut national de l'emploi, entre autres. Avec ce système électronique, le citoyen évitera de voyager et d'attendre aux fenêtres de chacun des organes administratifs compétents.

L'avocat affecté à l'aide judiciaire doit avoir au moins trois ans dans l'exercice effectif de la profession, être en possession du diplôme du cours de l'Ecole de pratique juridique ou des cours équivalents approuvés par l'Ordre des avocats, ou avoir réussi les cours ou tests. d'accès aux services de l'Aide Judiciaire et de l'assistance juridique du détenu mis en place par le Conseil d'Administration de l'Ordre des Avocats.

De même, l'avocat doit avoir réussi les cours de spécialisation agréés, dans les cas où ils sont nécessaires conformément à la réglementation applicable à tout moment et en fonction de la spécialité des dossiers.

Non, tout comme l'avocat ne peut pas s'excuser d'assumer la défense désignée.

Il n'y a qu'un seul cas dans lequel l'avocat peut s'excuser d'exercer la défense qui lui a été assignée, et c'est dans l'ordre pénal et seulement lorsqu'il y a une raison personnelle et juste, une raison qui doit être appréciée par les doyens des barreaux. .

Vous devez vous adresser à la Commission d'assistance juridique gratuite de votre ville, organisme dépendant de l'Etat ou de l'administration autonome, afin qu'elle oblige l'Ordre des avocats à désigner provisoirement un défenseur public.

Si vous avez un problème avec l'avocat d'office désigné, vous devez vous adresser au Barreau où cette nomination a été faite et déposer, si vous le jugez approprié, une plainte expliquant ce qui s'est passé, puisque les Barreaux sont également compétents pour exercer. la faculté disciplinaire.

La demande de changement d'avocat pour cause de perte de confiance doit être effectuée par le bénéficiaire de la justice gratuite devant l'association professionnelle qui a procédé à la nomination. L'Association transmettra la demande à l'avocat dont le remplaçant est intéressé dans un délai de cinq jours, puis statuant de manière motivée dans un délai de quinze jours.

Cette résolution doit être notifiée aux parties intéressées et à la Commission d'assistance juridique gratuite, qui peut, le cas échéant, refuser la demande de changement d'avocat.

La résolution qui refuse le changement d'avocat peut être contestée par le bénéficiaire de la justice gratuite.

L'avocat peut réclamer sa minute, lorsque le bénéficiaire de la justice gratuite a gagné le procès, obtenant un avantage économique et ne s'est pas prononcé expressément sur les frais dans la peine.

L'avocat peut également réclamer son procès-verbal lorsque la Commission libre de justice rejette la demande du requérant et qu'il y a eu désignation provisoire d'un avocat, puis ladite désignation provisoire sans effet, et l'avocat peut réclamer les honoraires occasionnés par l'intervention effectuée jusqu'au rejet de la résolution.

Oui. Si, lorsque le demandeur se rend au SOJ pour fournir la documentation demandée par le consultant et que le sous-traitant SOJ constate qu'un document est manquant, il indiquera au demandeur le document exact qui manque, en accordant un délai maximum de dix jours. pour y contribuer. Si le demandeur ne fournit pas la documentation requise, le dossier sera déposé et, par conséquent, la demande d'assistance juridique gratuite sera nulle.

 

Non. L'assistance juridique gratuite sera effective jusqu'à la fin de la procédure dans l'instance judiciaire en question (première instance et appel), et le cas échéant également dans l'exécution des peines, si cela se produit dans les deux ans suivants. à la résolution judiciaire rendue dans l’instance.

Oui. La Commission de la justice libre peut exceptionnellement accorder, au moyen d'une résolution motivée, la reconnaissance du droit à une assistance juridique gratuite aux personnes dont les ressources et les revenus, même dépassant les limites légalement établies, ne dépassent pas cinq fois l'indicateur de revenu public aux fins. multiple (Iprem), et en tout cas lorsque le demandeur détient le statut d'ascendant d'une grande famille de catégorie spéciale, compte tenu du manque d'actifs suffisants.

De même, la Commission de la justice libre peut exceptionnellement et au moyen d'une résolution motivée reconnaître le droit à l'assistance juridique gratuite, en tenant compte des conditions de santé du demandeur et des personnes handicapées indiquées à l'ar. 1.2 Loi 51/2003 du 2 décembre (les personnes qui souffrent de déficiences physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles à long terme et qui ont un degré reconnu de handicap égal ou supérieur à 33%, ce qui équivaut à des personnes qui avoir une pension reconnue d'invalidité permanente dans un degré d'invalidité totale, absolue ou grande et aux pensionnés des classes passives qui ont une pension de retraite ou de retraite reconnue pour incapacité permanente de service ou d'inutilité) ainsi qu'aux personnes qui sont à leur charge lorsque agissez dans un processus en votre nom et dans votre intérêt et chaque fois que cela implique des procédures liées à votre santé et à votre handicap.

Partagez: