Mai 06 2024

Connectés et isolés : le double visage de la technologie chez les jeunes d'aujourd'hui

Par Iñigo Jimenez, expert en mobilité RedAbogacía.

J'ai récemment eu l'occasion de lire l'article «Oui, les médias sociaux sont vraiment une cause de l'épidémie de maladie mentale chez les adolescents» de Jonathan Haidt dans Après Babel (1). Au vu des données contenues dans l’article, l’impact des smartphones et des réseaux sociaux sur les adolescents est véritablement inquiétant. Haidt fournit une analyse convaincante de la manière dont l'utilisation généralisée de ces appareils contribue à un déclin notable de la santé mentale des adolescents et m'a amené à réfléchir sur mon environnement et sur la façon dont les jeunes vivent la vie à l'ère numérique.

Depuis le début des années 2010, parallèlement à la popularisation des smartphones, les cas de dépression, d’anxiété et d’automutilation chez les adolescents ont explosé. Dans mon environnement, je constate à quel point les jeunes sont de plus en plus influencés par les contenus qu’ils trouvent en ligne, ce qui génère une mentalité comparative et souvent déformée. Haidt soutient que le recours aux médias sociaux joue un rôle clé dans cette hausse.

Ce qui me préoccupe particulièrement, c'est la façon dont les médias sociaux affectent de manière disproportionnée les filles, en créant une pression pour qu'elles recherchent une validation par l'image publique, les abonnés et les likes. Le besoin d’immédiateté, généré par la nature de ces plateformes, alimente une dépendance psychologique qui peut éroder l’estime de soi et favoriser l’anxiété.

De plus, ces dernières années, j'ai pu constater que l'immédiateté et la surcharge sensorielle des réseaux sociaux affectent la capacité de concentration des adolescents. Les messages et notifications constants fragmentent votre concentration, créant un besoin de gratification instantanée qui interfère avec votre capacité à consacrer du temps et des efforts à des activités qui nécessitent patience et concentration.

Bien que certaines personnes attribuent ce problème à la pression acafacteurs démiques ou économiques, je suis d’accord avec Haidt pour dire qu’aucune de ces explications n’explique de manière concluante la détérioration à laquelle nous assistons. La conception addictive des médias sociaux et l’accès constant aux appareils mobiles semblent être la cause la plus convaincante.

Pour relever ces défis, voici quelques recommandations :

  • Limiter le temps d'écran : Les parents peuvent définir des horaires clairs pour l’utilisation des appareils mobiles, par exemple interdire leur utilisation pendant les repas ou avant de se coucher.
  • Encouragez les activités hors ligne : Encouragez la participation à des sports, des loisirs ou des activités communautaires afin que les adolescents se déconnectent des réseaux sociaux.
  • éducation numérique : Apprenez aux jeunes à être critiques à l’égard de ce qu’ils voient en ligne et à ne pas se comparer à des normes irréalistes.
  • Soutien affectif: Encouragez les conversations ouvertes sur la santé mentale, en permettant aux adolescents d’exprimer leurs préoccupations sans jugement.
  • Modèle d’utilisation saine : Les adultes doivent donner le bon exemple en montrant une utilisation consciente et limitée de leurs propres appareils.

De plus, je pense qu’une réglementation plus stricte sur la manière dont les médias sociaux sont conçus et commercialisés est nécessaire. On ne peut nier que les réseaux sociaux offrent des avantages en termes de connexion, mais il faut veiller à ce qu'ils n'exploitent pas les vulnérabilités des jeunes, notamment dans leur désir de gratification immédiate.

La clé d’un avenir sain réside dans la recherche d’un équilibre entre une utilisation positive de la technologie et une vie réelle pleine de sens. Cela nécessite à la fois la participation active des parents, des éducateurs et des entreprises, ainsi qu’une auto-réflexion critique sur nos propres pratiques numériques.

Comme je le dis toujours : il est temps de sortir, d'interagir, de faire des choses dans le « monde réel » et même de s'ennuyer car, à de nombreuses reprises, les idées les plus créatives et les inventions les plus brillantes sont nées de ennui.

https://www.afterbabel.com/p/phone-based-childhood-cause-epidemic

Partagez: