Mars 13 2024

Mesures restrictives de la loi sur le bien-être animal pour éviter les abus

Par Francisca Peralta, avocate en exercice à l'ICA Jaén et présidente de la Commission déléguée du Conseil directeur du droit animalier.

La loi sur la protection des droits et du bien-être des animaux. (Loi 7/2023, du 28 mars), Entrée en vigueur le 29 septembre 2023, elle détermine et réglemente une série d'interdictions pour la protection des animaux, dont certaines peuvent être plus qu'évidentes, grâce à leur réglementation légale. (Ex: Les maltraiter ou les agresser physiquement, ainsi que les soumettre à un traitement négligent ou à toute pratique susceptible de leur causer des souffrances, des dommages physiques ou psychologique ou causer la mort. Il s'agit de l'article 25.a), entre autres). Ces interdictions reflètent ce que la société en général accepte comme une restriction évidente pour éviter toute situation de maltraitance animale.

Cependant, d'autres interdictions ou restrictions traditionnellement acceptées socialement sont réglementées dans ces réglementations et dans des articles similaires aux dites restrictions « naturelles », ayant déjà un usage « coutumier » par les propriétaires et les gardiens d'animaux de compagnie.

L'une de ces interdictions concerne laisser le chien, ou tout autre animal de compagnie, attaché à la porte d'un établissement, comme un supermarché, pendant que le propriétaire vient faire les courses. Avec l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation, cela devient interdit, comme le précise la section D de l'article 27, qui interdit expressément la détention d'animaux.attaché ou errant dans les espaces publics sans la surveillance en personne de la personne responsable de leurs soins et de leur comportement». Et, en conséquence, l'article 24.2 impose des obligations générales concernant les animaux de compagnie et sauvages en captivité.: Exercer une surveillance adéquate des animaux, empêcher leur fuite et maintenir l'animal localisé et identifié en permanence conformément à la réglementation en vigueur.

Si vous ne respectez pas cette règle (ainsi que toute autre interdiction réglementée par la nouvelle législation), la situation entraînera une série de sanctions qui sont inclus dans le nouveau cadre juridique. Selon le degré de l'infraction commise, la sanction sera plus ou moins importante. En cas de laisser le chien attaché à la porte d'un établissement, la qualification légale prévoit la possibilité d'infliger des amendes comprises entre 500 et 10.000 XNUMX euros. Et, comme indiqué au chapitre VI « Collaboration entre les administrations publiques » de la nouvelle loi, dans son article 20, tant le Service de Protection de la Nature (Seprona) de la Garde Civile, que les organes compétents du Corps National de la Police, des Corps de Police régionaux et locaux, ainsi que les agents forestiers, Ils seront responsable de la réalisation des actions liées au contrôle, à l'inspection et à d'autres mesures liées à la loi sur le bien-être animal.

En effet, cela a fait la une de divers médias, 24 heures après l'entrée en vigueur dudit règlement,   la première plainte pour violation de l'article de la nouvelle loi qui interdit de laisser les animaux attachés dans les espaces publics « sans surveillance personnelle de la personne responsable de leurs soins et de leur comportement », dans le cas d'une jeune femme qui a laissé l'animal attaché dans l'espace public. porte d'un établissement pharmaceutique à son chien, pendant quelques minutes, lors de l'achat d'un produit, en vertu dudit précepte qui interdit de sortir Animaux de compagnie dans les espaces publics « sans surveillance en personne de la personne responsable de leurs soins et de leur comportement ». Depuis, la particularité est que cette liste est assez longue et comprend des supermarchés, des pharmacies, des boulangeries, des magasins de vêtements et bien d’autres établissements. Et si cette interdiction n'est pas respectée, les propriétaires s'exposent à une amende, et c'est aussi une nouvelle que Les amendes pour avoir laissé le chien dans la rue s'accumulent après la loi sur la protection des animaux. Et cela déroute les propriétaires

La loi interdit de garder les animaux attachés ou en liberté dans les espaces. public sans surveillance.

Mais la réalité de cette interdiction (encore « acceptée » ou « normalisée » par les propriétaires d’animaux) est d’essayer de dépasser cette « coutume », et d’empêcher  laisser l'animal sans surveillance comme axe fondamental de la règleen évitant si  d'éventuels dommages à l'animal, ainsi qu'à l'animal qui les provoque, ou qui fuit une situation stressante, voire le vol de l'animal. C'est ainsi que l'on peut comprendre l'interprétation du législateur, selon laquelle chaque fois qu'un contrôle visuel de l'animal peut être effectué, la norme doit être considérée comme remplie. Considérant (contrairement aux opposants à ce règlement) que ladite mesure (ainsi que d'autres comportements plus graves inclus dans le règlement) vise la protection des animaux et acabar avec l'habitude de les quitter 'garé' aux portes des commerces, motivés par la sécurité de l’animal”

Partagez: