"RESTAURAVIDAS: Réintégration dans le pays d'origine"

L'expérience de passer des années dans une prison dans un pays étranger génère généralement un état de stress post-traumatique qui doit être traité par des professionnels de manière spécifique et différenciée à l'arrivée en Espagne.

Les difficultés de se retrouver à l'étranger, comme l'ignorance de la culture et parfois de la langue, ainsi que le fonctionnement du système judiciaire pénitentiaire, génèrent un sentiment de solitude et d'abandon dû à l'éloignement de leurs proches. Beaucoup de ces personnes souffrent de problèmes de toxicomanie et même de maladies chroniques et / ou mentales qui sont aggravées par leur emprisonnement.

De même, le manque d'accès aux besoins de base tels que la santé, la nourriture, l'hygiène et la jouissance des avantages de la prison prive ces personnes de l'exercice de leurs droits fondamentaux.

Pour ce faire, depuis début 2019, nous proposons un programme de réinsertion sociale à travers un avocat et un psychologue de l'Association de médiation et de pacification. Un accompagnement est fourni aux personnes qui souhaitent librement et volontairement participer, afin de faciliter leur processus de réintégration après l'expérience traumatisante signalée et de travailler sur le processus de responsabilisation pour la commission du crime. Ce programme est offert de manière complémentaire aux services offerts par la prison elle-même (juriste, assistants sociaux, psychologues) et à l'assistance offerte par les services d'orientation et d'assistance juridique gratuite (SOAJP) des barreaux.

Une fois par semaine, le psychologue et l'avocat se rendent à Soto del Real pour enseigner conjointement chacune des sessions sur les aspects juridiques et psychologiques:

  • El conseil psychologique Cela commence par une première réception pour que les Espagnols et les Espagnols rencontrent les professionnels avec lesquels ils vont travailler. Ensuite, ce que signifie avoir commis un crime à l'étranger, l'arrestation et le processus judiciaire sont discutés. Le processus de retour dans le pays d'origine est confronté aux réalités qu'implique le retour en Espagne - nouveaux rôles dans la famille, pertes ... -, ainsi que le réajustement avec l'extérieur et la libération à la liberté.
  • El conseils juridiques, d'une part, il traite des aspects de la vie dans les prisons espagnoles (droits, devoirs, prestations pénitentiaires, l'exécution de leur peine, etc.) et d'autre part, il est encadré dans le la justice réparatrice. Grâce à cet itinéraire, des travaux sont effectués sur:
    •  la responsabilité et la réinsertion du délinquant afin d'éviter la récidive
    •  réparation pour la victime indirecte, qui dans ces cas sont généralement les familles des auteurs,
    •  pacification sociale, car en participant à ce type de programme, la confiance dans le système est rétablie.

Durant l'année 2019 et début 2020, une vingtaine d'hommes et de femmes ont participé à Restauravidas. En raison de la pandémie de Covid-19, les visites au Centre pénitentiaire ont été interrompues, le projet a donc été suspendu en personne jusqu'en octobre 2021.

En attendant, considérant que quatre citoyens espagnols rapatriés par la Fondation depuis le Pérou ils étaient très déconnectés de notre réalité, il a été décidé d'effectuer des Restauravidas par télématique (via Skype). Cela a permis de poursuivre l'assistance telle qu'elle avait été réalisée, ainsi que de vérifier le succès de ces séances dans la réincorporation de ces personnes à leur vie en liberté.

En septembre 2021 un autre transfert d'hommes et de femmes espagnols condamnés au Pérou pour finir de purger leur peine en Espagne. Avec sept d'entre eux, deux autres hommes transférés du Brésil et d'Italie, une nouvelle édition du programme a eu lieu en octobre de la même année.

Plus récemment, entre les mois de mai et juillet 2022, une autre édition de Restauravidas a été réalisée, où les participants ont exprimé à plusieurs reprises leur gratitude et l'importance que la participation au programme a signifiée pour eux.

En janvier 2023, la cinquième édition du programme a commencé. Jusqu'à présent, 50 hommes et femmes ont bénéficié de cette initiative.