Soutien aux Espagnols emprisonnés à l'étranger

Comme Fondatio de l'Abogacía Eschiffon, avecnous considérons Quoi le travail de los et les avocats est plus large que la défense juridique d'un cascomme Il constitue un pièce essentielle dans la défense des droits de l'homme et accès à la justice de toutes les personnes dans notre société. De l'approche institutionnelle qui inspire notre mission, nous nous sentons dans le responsabilité de mettre nos ressources à disposition des systèmes ou structures de collaboration qui favorisent le droit à la défense de nos ressortissants. 

Il ya un volume important de Hommes et femmes espagnols que, en raison de son situación socio-économiqueatteint ces circonstances liées à la commission de délits de trafic de drogue. Ce sont généralement des personnes sans casier judiciaire et sans difficultés financières qui, à un moment de leur vie, acceptent d'être des «mules» en échange d'une somme symbolique d'argent, fréquemment capturée et trompée par des mafias parfaitement structurées. Ceux qui constituent le maillon de la chaîne encourent des peines de prison dans des prisons étrangères qu'ils n'auraient jamais pu imaginer. 

Notre L'expérience accumulée dans ce secteur, principalement en Amérique latine et au Maroc, nous a permis de connaître la réalité carcérale dans certains pays du mondelo que, avec le manque de garanties de ces personnes dans leur accès à la justice, nous a pris à structure ete projet dans les phases suivantes:  

1. Commestockage légal-pénitenciero dans le pays où sont-ils détenus avec un double objectif: 

  • Ggarantie su accès à une défense de qualité  
  • Faire connaître le pouvoir d'être transféré dans notre pays pour finir de purger sa peine en centros penitenciarios Espagnol  

2. Possibilité de participation au programme "Restauravidas: Réintégration dans le pays d'origine", pour faciliter le processus de réintégration une fois en Espagne y travailler le processus de responsabilisation par la commission du crime. 

3. Sensibilisation aux risques encourus participer à des activités trafic de de petites quantités de médicaments, et ainsi contribuer à prévenir les cas d'emprisonnement d'Espagnols à l'étranger. 

grâce à la approche intégrale du projet, qui permet de soutenir les Espagnols et les Espagnols qui reviennent au-delà de l'assistance juridique initiale, nous pouvons empêcher ceux qui sortent de prison de rentrer dans un cercle de marginalisation dont il leur est impossible de s'échapper. Actuellement, un accord de collaboration signé avec le Fondation "La Caixa" fournit la Fondatio de l 'Abogacía Española fonds pour exécuter ce projet.

Entre 2013 et 2017, il y avait plus de 2000 2018 prisonniers espagnols dans des pays du monde entier. Entre 2021 et 19, le nombre a suivi une tendance à la baisse, atteignant le pic le plus bas en raison de la paralysie des communications dérivée de la pandémie de Covid-756. Actuellement, le chiffre a encore augmenté, s'élevant à 99 hommes et 855 femmes, ce qui représente un total de XNUMX personnes.

Le nombre d'hommes détenus est nettement supérieur à celui des mujeres: ils représentent exclusivement un 11,5% du total, ce qui les rend particulièrement vulnérable pour de multiples raisons. Ils subissent des reproches sociaux en rompant avec le rôle assigné par les mandats de genre établis; aussi personnel, puisqu'en de nombreuses occasions ils soutiennent la cellule familiale et, malgré leur emprisonnement, le rôle de «soignant» n'est pas assumé par les autres membres de la famille; ainsi que pénitentiaire, puisque les conditions de conformité sont durcies en étant une femme. En effet, les prisons ont été conçues par des hommes et pour des hommes, ce qui implique d'avoir moins d'espaces et de ressources qui considèrent différemment leurs besoins. 

A l'occasion de la commémoration de la Journée internationale de lutte contre l'abus et le trafic illicite des drogues, le 26 juin, de la Fondatio de l'Abogacía Española Un événement a été organisé au pénitencier de Madrid V (Soto del Real) dans le but de transmettre le message que le trafic de drogue n'est jamais la solution. L'événement a été projeté court métrage "Mula", ainsi que les témoignages de certains de ses protagonistes, devant 34 détenus sélectionnés par la direction du Centre pénitentiaire qui purgent une peine pour trafic de drogue. À propos de l'événement un rapport dans Informativos Telecincoune rapport sur Cadena Ser et un actualités du site de la Fondation.