Commission de l'égalité

El Consejo General de la Abogacía Española s'engage à réaliser l'égalité des sexes dans le domaine du droit et, par conséquent, entre autres mesures, a élaboré et adopté un plan d'égalité, dans le but de parvenir à l'égalité de traitement et des chances entre les femmes et les hommes et d'éliminer les éventuelles discriminations fondées sur le sexe dans le secteur juridique.

Le 13 septembre 2018, la Commission pour l'égalité a été mise en place, avec la participation du président de cette Consejo General, le doyen du Colegio de Talavera, le secrétaire général technique et différents techniciens de ce Consejo General. Le même jour, les travaux qui ont abouti à l'approbation du plan d'égalité ont débuté lors de la réunion du 24 janvier 2019.

Le principe de l'égalité entre les femmes et les hommes est un principe juridique universel reconnu dans divers textes internationaux, européens et étatiques.

L'Union européenne, par l'article 2 du traité sur l'Union ainsi que l'article 8 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, établit que l'égalité entre les femmes et les hommes, ainsi que l'élimination des inégalités entre les deux, est une objectif qui doit être intégré dans toutes ses politiques et actions et dans celles de ses États membres.

Dans notre pays, la Constitution de 1978, dans son article 14, déclare le droit à l'égalité et à la non-discrimination fondée sur le sexe; et pour sa part, l'article 9.2 établit l'obligation des pouvoirs publics de promouvoir les conditions d'une égalité individuelle et collective pour être réelle et effective.

La pleine reconnaissance de l'égalité formelle devant la loi s'est achevée avec l'approbation de la loi organique 3/2007, du 22 mars, pour l'égalité effective des femmes et des hommes (ci-après LOIEMH).

Jusqu'en 1922, les femmes n'étaient pas admises à la pratique de la profession juridique, et pas dans toutes les associations du barreau. Ce fait explique le biais androcentrique que la profession a eu et entretient encore, malgré le fait qu'à l'heure actuelle près de 50% du groupe sont des femmes. Cependant, ce chiffre n'est pas synonyme d'une péréquation effective à tous les niveaux de l'exercice et tout au long de la profession, ce qui se traduit par moins de poids économique, moins de reconnaissance sociale, moins de prestige professionnel, moins de présence et de participation institutionnelle des femmes juristes.

Le Statut général de la profession juridique, approuvé en séance plénière de ce Consejo General le 12 juin 2013, il déclare expressément, à l'article 97, que «la Consejo General de la Abogacía Española il favorisera l'adoption par les instances et administrations compétentes de toutes les actions nécessaires pour rendre effective la conciliation de la vie familiale et professionnelle pour tous les Avocats ». De même, il peut proposer aux instances compétentes les modifications réglementaires nécessaires pour assurer la pleine effectivité des droits reconnus dans la LOIEMH.

Avec ce plan d'égalité, le Consejo General de la Abogacía Española Elle s'engage pour l'intégration de l'égalité des chances et de traitement entre les femmes et les hommes dans tous ses processus de gestion ainsi que son implantation ferme dans la culture de l'organisation, éliminant ainsi toute discrimination fondée sur le sexe.

Le plaidoyer institutionnel aspire à contribuer de manière significative à l'égalité des sexes dans notre société en se conformant à l'ensemble des mesures envisagées dans le plan. En ce sens, il a été conçu pour faire du Conseil, en collaboration avec les 83 collèges qui le composent, à la fois un moteur de changement pour la profession et un exemple de bonnes pratiques en matière d'égalité hommes-femmes.