Juillet 26 2022

Protocole sur l'Irlande et l'Irlande du Nord: la Commission lance quatre nouvelles procédures d'infraction contre le Royaume-Uni

La Commission européenne a lancé quatre nouvelles procédures d'infraction contre le Royaume-Uni pour non-respect de parties importantes du protocole sur l'Irlande et l'Irlande du Nord. Ceux-ci sont ajoutés à les procédures d'infraction engagées le 15 juin 2022.

Malgré les appels répétés du Parlement européen, des XNUMX États membres de l'UE et de la Commission européenne à mettre en œuvre le protocole, le gouvernement britannique continue de ne pas le faire.

Dans un esprit de coopération constructive, la Commission s'est abstenue de lancer certaines procédures d'infraction pendant plus d'un an afin de créer l'espace nécessaire pour rechercher des solutions communes avec le Royaume-Uni. Cependant, la réticence du Royaume-Uni depuis février dernier à s'engager dans un débat significatif et le fait que le projet de loi sur le protocole d'Irlande du Nord est toujours pendant au Parlement britannique sont clairement contraires à toute coopération constructive.

L'objectif de ces procédures d'infraction est d'assurer le respect du protocole dans un certain nombre de domaines clés. Cette conformité est essentielle pour que l'Irlande du Nord continue de bénéficier de son accès privilégié au marché unique européen et est nécessaire pour garantir la santé, la sûreté et la sécurité des citoyens de l'UE, ainsi que l'intégrité du marché unique.

Les quatre nouvelles procédures d'infraction contre le Royaume-Uni concernant l'Irlande du Nord sont :

  1. Le non-respect de les exigences douanières, de surveillance et de contrôle des risques applicables à la circulation des marchandises de l'Irlande du Nord vers la Grande-Bretagne. Cela augmente considérablement le risque de contrebande via l'Irlande du Nord. Par exemple, il ouvre la possibilité aux opérateurs de contourner les règles de l'UE sur les interdictions et les restrictions à l'exportation de marchandises vers des pays tiers ou offre la possibilité que des marchandises en cascade soient déclarées pour l'exportation dans l'UE, mais ne quittent pas réellement le territoire douanier par le Nord Irlande. Le 17 décembre 2020, le Royaume-Uni a publié une déclaration unilatérale pour garantir un "accès sans restriction" aux marchandises d'Irlande du Nord sur le marché britannique. L'UE a accepté la proposition du Royaume-Uni de fournir des informations « équivalentes » par des « moyens alternatifs » en temps réel. Cependant, à ce jour, le Royaume-Uni ne parvient toujours pas à collecter les données de déclaration d'exportation pertinentes pour les marchandises transférées d'Irlande du Nord vers la Grande-Bretagne. Elle ne fournit pas non plus d'informations à l'UE sur ces mouvements, ce qui rend impossible toute surveillance desdites marchandises par des représentants de l'Union.
  2. Non-notification de la transposition de la législation de l'UE établissant le Règles générales de l'UE en matière de droits d'accises, qui entrera en vigueur le 13 février 2023. Les États membres et le Royaume-Uni en ce qui concerne l'Irlande du Nord avaient l'obligation de transposer cette directive et notifier les mesures de transposition à la Commission au plus tard le 31 décembre 2021. À ce jour, le Royaume-Uni continue de ne pas respecter cette obligation. La non-application de ces règles présente un risque budgétaire pour l'UE (c'est-à-dire des droits d'accise non perçus ou perçus à un taux inférieur au taux de l'UE) en ce qui concerne le mouvement des produits soumis à accise vers (ou depuis) ​​l'Irlande du Nord.
  3. Défaut de notifier la transposition de la Normes européennes relative aux droits d'accises sur l'alcool et les boissons alcoolisées, qui facilitent l'accès des petits producteurs et artisans à des taux réduits d'impôts spéciaux, entre autres dispositions. Les États membres et le Royaume-Uni en ce qui concerne l'Irlande du Nord avaient l'obligation de transposer cette directive au plus tard le 31 décembre 2021. La non-application de ces règles présente un risque budgétaire pour l'UE (c'est-à-dire des droits d'accise non perçus ou perçus à un taux inférieur au taux de l'UE) en ce qui concerne les droits d'accise à payer sur le mouvement d'alcool et de boissons alcoolisées vers (ou depuis) ​​l'Irlande du Nord. Toute divergence par rapport aux accises harmonisées de l'UE fausserait également la concurrence dans la fourniture de ces produits au sein du marché unique.
  4. violation de la Réglementation de l'UE sur la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour le commerce électronique, à savoir le guichet unique d'importation (IOSS). Le guichet unique d'importation (IOSS) est un régime spécial que les entreprises peuvent utiliser à partir du 1er juillet 2021 pour répondre à leurs obligations en matière de TVA pour les ventes à distance de biens importés. Il permet aux fournisseurs et aux interfaces électroniques qui vendent des biens importés jusqu'à 150 € à des acheteurs de l'UE de déclarer et de payer la TVA par l'intermédiaire des autorités fiscales d'un État membre, au lieu de devoir s'S'enregistrer dans tous les États membres où ils vendent. Pour les consommateurs de l'UE, cela signifie une plus grande transparence : lors de l'achat auprès d'un vendeur ou d'une plateforme de l'UE ou non de l'UE enregistré auprès du guichet unique, la TVA fait partie du prix payé au vendeur. À ce jour, le Royaume-Uni en ce qui concerne l'Irlande du Nord n'a pas pris les mesures informatiques nécessaires pour mettre en œuvre le guichet unique d'importation (IOSS). Cela représente à son tour un risque budgétaire pour l'UE.

La décision marque le début des procédures formelles d'infraction, telles qu'établies à l'article 12.4 du Protocole, lu en relation avec l'article 258 TFUE. Les lettres envoyées au Royaume-Uni demandent à ses autorités de prendre rapidement des mesures correctives pour rétablir la conformité avec les dispositions du protocole. Le Royaume-Uni dispose de deux mois pour répondre aux lettres, après quoi la Commission est prête à prendre d'autres mesures.

L'objectif de l'UE est d'établir une relation positive et stable avec le Royaume-Uni. Cette relation doit être fondée sur le plein respect des engagements juridiquement contraignants que les deux parties ont pris sur la base de la mise en œuvre de l'accord de retrait et de l'accord de commerce et de coopération. Les deux parties ont négocié, convenu et ratifié ces accords.

source: https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/es/ip_22_4663

Partagez: