Juillet 19 2022

Le plein de Abogacía Española débat du IIIe rapport sur l'état de droit de l'UE

La session plénière du Conseil de l'Ordre a débattu de la troisième rapport annuel sur l'état de droit, récemment publié par la Commission européenne concernant les résultats qu'il donne pour la profession d'avocat. Le rapport s'inscrit dans le contexte de l'invasion russe de l'Ukraine, qui a mis en lumière l'importance du respect des valeurs démocratiques, des droits de l'homme et de l'État de droit.

Le rapport, publié le 13 juillet, comprend un aperçu des tendances dans l'UE dans son ensemble et 27 chapitres par pays dans lesquels sont examinées les évolutions en la matière produites dans chaque État membre depuis juillet 2021. Cette année comprend pour la première fois recommandations spécifiques adressées à chaque État membre. Les recommandations visent à encourager les États membres à faire progresser les réformes en cours ou prévues et à les aider à identifier les domaines où des améliorations sont nécessaires.

Le rapport examine les développements dans quatre domaines clés de l'état de droit : les systèmes judiciaires, les réglementations anti-corruption, le pluralisme et la liberté des médias, et d'autres questions liées au système de freins et contrepoids institutionnels .

Concernant le chapitre consacré à l'Espagne, La justice espagnole a continué à connaître d'importantes nouveautés, et la Abogacía Española a été très présent dans son développement, comme mentionné dans le rapport sur le rôle qu'il joue pour assurer la accès à la justice pour les personnes handicapées, avec des formations pour les avocats et la demande de création d'une Aide Judiciaire spécifique pour les personnes handicapées.

Le rapport mentionne également le rôle joué par Barreaux lorsqu'il s'agit de garantir le bon fonctionnement du système judiciaire en Espagne, en assumant le système de aide juridique gratuite. Il est mentionné à Abogacía Española en tant que membre du groupe de travail préparant le réforme du Code de procédure pénale et en tant que partie intéressée avec commentaires pertinents à la demande de réforme du CGPJ.

De même, le rapport note que le projet de loi sur les droits de la défense intègre les suggestions du Abogacía Española, et se référant à la question Pegasus, cite une déclaration faite par l'Advocacy sur celui-ci.

En ce qui concerne les recommandations que la Commission européenne fait à l'Espagne dans le rapport, elles sont les suivantes :

  • Renforcer le statut du procureur général, notamment en ce qui concerne la séparation des mandats du procureur général et du gouvernement, en tenant compte des normes européennes sur l'indépendance et l'autonomie du ministère public.
  • Procéder en priorité au renouvellement du CGPJ et engager, immédiatement après le renouvellement, un processus en vue d'adapter la nomination de ses juges-membres, en tenant compte des normes européennes.
  • Poursuivre les efforts visant à introduire une législation sur les lobbyistes, y compris l'établissement d'un registre public obligatoire des lobbyistes.
  • Relever les défis liés à la durée des enquêtes et des procès pour accroître l'efficacité du traitement des affaires de corruption de haut niveau.
  • Garantir des ressources adéquates à l'autorité nationale de régulation des médias audiovisuels pour renforcer ses opérations, en tenant compte des normes européennes sur l'indépendance des régulateurs des médias, notamment en ce qui concerne l'adéquation des ressources.
  • Continuer à travailler pour renforcer l'accès à l'information, notamment en révisant la loi sur les secrets officiels.

 

Source et documents pertinents :

https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/es/ip_22_4467

Partagez: