Mars 24 2021

Le Colegio de Madrid informe que le passeport de vaccination ne sera pas valide tant que l'UE n'aura pas approuvé et publié le certificat vert

La section du droit de la santé de l'Association du barreau de Madrid (ICAM) a averti que le passeport européen de vaccination "ne sera ni valide ni applicable" tant que l'Union européenne n'aura pas approuvé et publié le règlement européen correspondant du certificat numérique vert.

L'Union européenne n'a publié qu'un document sur la proposition de règlement que la Commission étudie. Actuellement, il prépare un règlement qui réglementera le soi-disant certificat numérique vert qui comprend le certificat de vaccination, le certificat de test, soit de PCR négative, soit de porteur d'anticorps et de certificat de récupération, de la maladie Covid-19.

Le Collège a indiqué que la proposition de règlement (UE) n'est qu'un moyen de garantir "l'égalité de traitement en termes de délivrance de certificats en ce qui concerne l'état des personnes en termes de maladie Covid ou de contact de la personne infectée par le virus"

"Le présent règlement limite la préparation des documents à cet effet aux États membres de l'UE, garantissant la protection des données des personnes dans le traitement de la pandémie que chaque État membre effectue, limitant le type de données, la manière de les S'enregistrer ., Le la forme et les modalités d'utilisation dudit certificat et les mécanismes de confidentialité. Le règlement établit un ensemble minimal de données qui ne peut être dépassé », déclare le collège.

Ainsi, il souligne que "le certificat ne constituera jamais une condition préalable pour voyager, car l'UE déclare que les citoyens de l'UE jouissent du droit fondamental à la libre circulation dans l'UE et cela s'applique indépendamment du fait qu'ils soient vaccinés ou non."

De même, il y a aussi des questions à souligner "concernant d'autres droits fondamentaux tels que le droit de ne pas être victime de discrimination fondée sur une situation personnelle ou sociale, ou le droit à la protection des données personnelles liées à la santé".

Dans tous les cas, d'un point de vue scientifique, les experts consultés par la section du droit de la santé comprennent que le test PCR négatif n'est pas un test utile aux fins du règlement et qu'en tout état de cause le but du règlement nécessite la réalisation de une étude immunologique de la personne qui certifie, avec un coefficient de sécurité assez élevé, mais pas 100%, qu'elle est immunisée.

Partagez: