Mars 15 2024

Déclaration institutionnelle en défense du respect de la confidentialité des communications dans les protocoles d'action pour les essais de conformité

El Consejo General de la Abogacía Española réuni en plénière considère que les récentes informations parues dans les médias et la déclaration du Parquet provincial de Madrid concernant la plainte déposée par ledit Parquet contre M. Alberto González Amador, devraient faire l'objet des considérations suivantes :

1. La diffusion du contenu spécifique des communications, en l'occurrence des courriers électroniques, échangées entre le ministère public et la défense d'une personne inculpée représente une violation flagrante de la garantie de confidentialité dans les communications entre les parties, que cette plénière rejette et condamne.

2. Il est essentiel que ces extrêmes fassent l'objet d'une enquête afin d'en déterminer la paternité et d'engager des mesures pénales ou disciplinaires contre quiconque correspond.

3. Il est légitime que le ministère public, dans l'exercice des pouvoirs qui lui sont attribués par son statut organique, rende compte des événements parus dans les médias qui remettent en question son action.

Cependant, pour ce Conseil, de telles communications ne peuvent en aucun cas dépasser les pouvoirs d'information attribués au Parquet par le Statut susmentionné à l'article 4.5, mais doivent être effectuées dans le cadre de l'Instruction du Procureur 3/2005 du 7 avril. relations du ministère public avec les médias et respecter, en tout état de cause, le protocole de conformité signé entre les Consejo General de la profession juridique et du ministère public, pour empêcher la divulgation de données qui pourraient nuire à la position de la personne faisant l'objet de l'enquête au cours du processus.

C'est pourquoi il est obligatoire :

1. Respect maximal de la confidentialité des communications entre les parties comme garantie de l'État de droit.

2. Que les mesures appropriées soient adoptées pour éviter que ce type d'actions ne se produisent et que le respect de la confidentialité soit garanti dans des processus de cette nature.

3. La constitution immédiate d’une Commission Mixte Fiscalía General del Estado-Consejo General de la Abogacía Española, pour la révision et la mise à jour du protocole d’action pour les essais de conformité.

À Madrid le 15 mars 2024

(L'accord plénier comprend une mention expresse des abstentions des Collèges de Madrid, Alcalá de Henares et Soria)

 

 

 

 

Partagez: