20 Février 2020

Façonner l'avenir numérique de l'Europe: stratégies de la Commission pour les données et l'intelligence artificielle

Commission européenneLa Commission a dévoilé le 19 février son idées et mesures pour une transformation numérique qui profite à tous et reflète le meilleur de l'Europe: ouverte, juste, diversifiée, démocratique et sûre d'elle-même. La stratégie présente une société européenne animée par des solutions numériques qui accordent la priorité aux personnes, ouvrent de nouvelles opportunités aux entreprises et encouragent le développement d'un technologie fiable qui favorise une société ouverte et démocratique et une économie dynamique et durable. La numérisation est un facteur clé dans la lutte contre le changement climatique et dans la réalisation de la transition écologique. La Stratégie européenne des données et des options stratégiques visant à assurer un développement de la intelligence artificielle centré sur l'humain, présentés aujourd'hui, sont les premiers pas vers ces objectifs.

Règles de l'UE en matière de protection des données

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré: «Aujourd'hui, nous présentons notre ambition de façonner l'avenir numérique de l'Europe, qui englobe tout, de la cybersécurité aux infrastructures critiques, de l'éducation numérique aux compétences, de la démocratie aux médias. Je veux que l'Europe numérique reflète le meilleur de l'Europe: être ouverte, juste, diversifiée, démocratique et sûre d'elle-même. ''

Vice-présidente exécutive pour Une Europe digne de l'ère numérique, Margrethe Vestager, a déclaré: «Nous voulons que tous les citoyens, tous les travailleurs, toutes les entreprises aient une chance équitable de récolter les fruits de la numérisation. Cela peut signifier une conduite plus sûre ou moins polluante grâce aux véhicules connectés; ou même sauver des vies grâce à l'imagerie médicale contrôlée par l'intelligence artificielle qui permet aux médecins de détecter les maladies plus rapidement que jamais.

Le commissaire au marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré: «Notre société génère une grande vague de données publiques et industrielles, qui transformeront la façon dont nous produisons, consommons et vivons. Je souhaite que les entreprises européennes et notre grand nombre de PME aient accès à ces données et créent de la valeur pour les Européens, et cela inclut le développement d'applications d'intelligence artificielle. L'Europe a tout ce dont elle a besoin pour mener la course aux mégadonnées et maintenir sa souveraineté technologique, son leadership industriel et sa compétitivité économique au profit des consommateurs européens ».

L'EUROPE COMME UN LEADER NUMÉRIQUE DE CONFIANCE

Les technologies numériques, si elles sont utilisées en connaissance de cause, profiteront aux citoyens et aux entreprises à bien des égards. Au cours des cinq prochaines années, la Commission se concentrera sur trois objectifs clés dans le domaine numérique:

  • une technologie qui profite aux gens;
  • une économie juste et compétitive; Oui
  • une société ouverte, démocratique et durable.

L'Europe s'appuiera sur sa longue histoire de technologie, de recherche, d'innovation et d'ingéniosité, et sur la force de sa protection des droits et valeurs fondamentaux. De nouvelles politiques et de nouveaux cadres permettront à l'Europe de mettre en œuvre des technologies numériques de pointe et de renforcer ses capacités de cybersécurité. L'Europe continuera de préserver sa société ouverte, démocratique et durable, et les outils numériques peuvent défendre ces principes. Il développera et poursuivra sa propre voie pour devenir une économie et une société numériques mondialement compétitives, fondées sur des valeurs et inclusives, tout en continuant à être un marché ouvert mais fondé sur des règles, et en travaillant en étroite collaboration avec ses partenaires internationaux.

L'EUROPE EN TANT QUE LEADER DE L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE 

L'Europe a ce qu'il faut pour devenir un leader mondial des systèmes d'intelligence artificielle (IA) qui peuvent être utilisés et appliqués en toute sécurité. Nous avons d'excellents centres de recherche, des systèmes numériques sécurisés et une position forte dans la robotique, ainsi que des secteurs de fabrication et de services compétitifs, allant de l'automobile à l'énergie, de la santé à l'agriculture.

Lors de sa Livre blanc présentée aujourd'hui, la Commission propose un cadre pour une intelligence artificielle fiable, basé sur excellence et la confiance. En partenariat avec les secteurs public et privé, l'objectif est de mobiliser des ressources tout au long de la chaîne de valeur et de créer les incitations appropriées pour accélérer le déploiement de l'IA, y compris parmi les petites et moyennes entreprises. Cela nécessitera également une collaboration avec les États membres et la communauté de la recherche, afin d'attirer et de retenir les talents. Étant donné que les systèmes d'IA peuvent être complexes et comporter des risques importants dans certains contextes, il est essentiel de renforcer la confiance. Des règles claires sont nécessaires, traitant des systèmes d'IA présentant un niveau de risque élevé sans imposer une charge excessive à ceux qui présentent des risques moindres. Les règles strictes de l'UE en matière de protection des consommateurs, qui traitent des pratiques commerciales déloyales et protègent les données personnelles et la vie privée, restent applicables.

Pour les cas à haut risque, tels que ceux affectant la santé, l'application de la loi ou le transport, les systèmes d'IA doivent être transparents et traçables et garantir une vérification humaine. Les autorités doivent pouvoir tester et certifier les données utilisées par les algorithmes, comme elles le font actuellement pour les cosmétiques, les voitures ou les jouets. Il est nécessaire de disposer de données impartiales pour que les systèmes à haut risque soient développés de manière à fonctionner correctement et que le respect des droits fondamentaux soit garanti, en particulier la non-discrimination. Bien que, actuellement, l'utilisation de la reconnaissance faciale pour l'identification biométrique à distance soit soumise à une interdiction générale et ne soit possible que dans des cas exceptionnels, dûment justifiés et proportionnés, en la soumettant à des garanties et au respect de la législation de l'UE ou nationale, la Commission cherche à lancer un large débat sur les circonstances qui, le cas échéant, pourraient justifier ces exceptions.

Pour les applications d'IA à faible risque, la Commission envisage un système d'étiquetage volontaire dans le cas où des normes plus strictes seraient appliquées.

Toutes les applications d'IA sont les bienvenues sur le marché européen tant qu'elles sont conformes aux normes de l'UE.

L'EUROPE EN TANT QUE LEADER DE L'ÉCONOMIE DES DONNÉES 

La quantité de données générées par les entreprises et les organismes publics est en constante augmentation. La prochaine vague de données industrielles transformera profondément la façon dont nous produisons, consommons et vivons. Cependant, l'essentiel de son potentiel reste inexploité. L'Europe a tout ce dont elle a besoin pour devenir un leader dans cette nouvelle économie des données: la base industrielle la plus puissante du monde, avec des PME qui sont un élément essentiel du tissu industriel; les technologies; Les capacités; et maintenant aussi une vision claire.

Le but de l' Stratégie européenne des données est de faire en sorte que l'UE devienne un modèle de société autonomisée par les données et un leader de cette société. À cette fin, il cherche à créer un authentique espace de données européen, un marché unique des données, pour débloquer les données inutilisées, leur permettant de circuler librement dans toute l'Union européenne et entre les secteurs, au profit des entreprises, des chercheurs et des administrations publiques. Les citoyens, les entreprises et les organisations doivent être habilités à prendre de meilleures décisions sur la base des connaissances fournies par les données non personnelles. Les données doivent être accessibles à tous, qu'il s'agisse d'entités publiques ou privées, de start-up ou de grandes entreprises.

Pour y parvenir, la Commission proposera, dans un premier temps, la création du cadre réglementaire approprié pour la gestion des données, l'accès et la réutilisation entre les entreprises, entre les administrations et entre les entreprises et les administrations. Cela implique de créer des incitations à l'échange de données et d'adopter des règles pratiques, équitables et claires pour l'accès et l'utilisation des données, qui respectent les valeurs et les droits européens tels que la protection des données à caractère personnel, la protection des consommateurs et le droit de la concurrence. Cela signifie également accroître la disponibilité des données du secteur public en ouvrant des ensembles de données de grande valeur dans toute l'UE et en permettant leur réutilisation pour l'innovation basée sur eux.

Deuxièmement, la Commission vise à soutenir le développement de systèmes technologiques et la prochaine génération d'infrastructures, qui permettront à l'UE et à tous les acteurs de saisir les opportunités offertes par l'économie des données. Il contribuera aux investissements dans des projets européens à fort impact sur des espaces de données et des infrastructures cloud européens fiables et économes en énergie.

Enfin, il mettra en œuvre des mesures sectorielles spécifiques pour construire des espaces de données européens, par exemple en matière de fabrication industrielle, du pacte vert, de mobilité ou de santé.

La Commission s'emploiera également à continuer de combler le fossé des compétences numériques entre les Européens et explorera des moyens permettant aux citoyens de mieux contrôler qui peut accéder aux données générées par la machine.

PROCHAINES ÉTAPES

Comme indiqué dans la stratégie annoncée aujourd'hui, tout au long de cette année, la Commission présentera une norme de services numériques et un plan d'action européen pour la démocratie, proposera une révision du règlement eIDAS et renforcera la cybersécurité en créant une unité informatique commune. L'Europe continuera également de nouer des alliances avec des partenaires internationaux, en tirant parti de son pouvoir réglementaire, de son renforcement des capacités, de sa diplomatie et de son économie pour promouvoir le modèle européen de numérisation.

Le Livre blanc sur l'intelligence artificielle a été ouvert à la consultation publique jusqu'au 19 mai 2020. La Commission recueille également observations sur votre stratégie de données. Compte tenu des commentaires reçus, la Commission prendra des mesures supplémentaires pour soutenir le développement d'une IA fiable et l'économie des données.

LE CONTEXTE

Depuis 2014, la Commission a pris une série de mesures pour faciliter le développement d'une économie agile dans le traitement des données, comme le règlement sur la libre circulation des données non personnellesla norme de cybersécurité, la directive sur les données ouvertes et le règlement général sur la protection des données.

En 2018, la Commission a présenté pour la première fois un Stratégie d'IA et a accepté un plan coordonné avec les États membres. Le cadre de l'IA présenté aujourd'hui s'appuie également sur les travaux menés par le groupe d'experts de haut niveau sur l'IA, qui a présenté ses directives éthiques pour une IA fiable en avril 2019.

Dans leur orientations politiques, La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a souligné la nécessité pour l'Europe de mener la transition vers une planète saine et un nouveau monde numérique. Dans ce contexte, il a annoncé le début du débat sur une intelligence artificielle humaine et éthique et l'utilisation du big data pour créer de la richesse dans les sociétés et les entreprises au cours de ses cent premiers jours en fonction.

 

Plus d'informations

Façonner l'avenir numérique de l'Europe: questions et réponses

Fiches d'informations:

Communication: façonner l'avenir numérique de l'Europe

Communication: une stratégie européenne des données

Livre blanc sur l'intelligence artificielle: une approche européenne de l'excellence et de la confiance

Rapport du groupe d'experts B2G: Vers une stratégie européenne d'échange de données entre entreprises et administrations publiques dans l'intérêt public

Rapport de la Commission sur les implications de l'IA, de l'internet des objets et de la robotique pour la sécurité et la responsabilité

Nouveaux clips vidéo sur des projets d'intelligence artificielle

Partagez: