30 Novembre 2021

L'UE renforce sa coordination contre le coronavirus pour assurer la sécurité des voyages

La Commission européenne a proposé une mise à jour des règles sur la coordination de la libre et sûre circulation dans l'UE établies en réponse à la pandémie de COVID-19. La Commission propose également des mises à jour de la carte des feux de circulation de l'UE et une procédure simplifiée de «freinage d'urgence», ainsi que la mise à jour des règles sur les voyager vers l'UE depuis d'autres pays

Les mises à jour majeures L'approche commune des mesures relatives aux déplacements au sein de l'UE proposée par la Commission est la suivante :

  • Mettre l'accent sur une « approche axée sur la personne »- Une personne titulaire d'un certificat COVID numérique de l'UE valide ne devrait pas, en principe, être soumise à des restrictions supplémentaires, telles que des tests ou une quarantaine, quel que soit son lieu de départ dans l'UE. Les personnes qui n'ont pas de certificat COVID numérique de l'UE peuvent être tenues de subir un test avant ou après leur arrivée.
  • Validité standard des certificats de vaccination : Afin d'éviter des approches divergentes et perturbatrices, la Commission propose une période d'acceptation standard de neuf mois pour les certificats de vaccination délivrés après l'achèvement de la série de primovaccination. La période de neuf mois tient compte des orientations du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies sur l'administration de doses de rappel à partir de six mois, et prévoit une période supplémentaire de trois mois pour s'assurer que les campagnes nationales de vaccination peuvent être adaptées et que les citoyens ont accès aux doses de rappel. Cela signifie que, dans le cadre d'un voyage, les États membres ne devraient pas rejeter un certificat de vaccination délivré moins de neuf mois après l'administration de la dernière dose de primovaccination. Les États membres doivent prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour garantir l'accès à la vaccination aux groupes de population dont les certificats de vaccination délivrés antérieurement sont proches de la limite de neuf mois.
  • Dose de rappel : À ce jour, il n'existe aucune étude portant expressément sur l'efficacité des doses de rappel dans la transmission du COVID-19, et il n'est donc pas possible de déterminer une période d'acceptation pour les doses de rappel. Cependant, compte tenu des nouvelles données, il faut s'attendre à ce que la protection dérivée des vaccinations de rappel puisse durer plus longtemps que celle dérivée de la primovaccination. La Commission suivra de près les nouvelles preuves scientifiques émergeant à cet égard. Sur la base de ces preuves, la Commission pourrait, si nécessaire, proposer une période d'acceptation appropriée également pour les certificats de vaccination délivrés après une dose de rappel.
  • La carte des feux de circulation de l'UE s'adapte : combine les nouveaux cas avec l'administration de vaccins dans une région. La carte sera principalement de nature informative, mais servira également à coordonner les mesures dans les zones à circulation virale particulièrement faible ("vert") ou particulièrement élevée ("rouge foncé"). Dans ces domaines, des règles spécifiques s'appliqueront à titre d'exception à « l'approche personnalisée ». Il ne devrait y avoir aucune restriction pour les voyageurs venant de zones « vertes ». Compte tenu du nombre élevé de nouvelles infections dans les zones « rouge foncé », les voyages à destination et en provenance de ces zones doivent être découragés, et les personnes qui n'ont pas été vaccinées ou guéries du virus doivent subir un test avant le départ et une quarantaine à l'arrivée (avec règles pour les voyageurs essentiels et les enfants de moins de douze ans).
  • Exceptions à certaines mesures de déplacement : elles devraient s'appliquer aux travailleurs frontaliers, aux enfants de moins de douze ans et aux voyageurs essentiels. La liste des voyageurs essentiels devrait être raccourcie, car de nombreux voyageurs figurant sur la liste actuelle ont déjà eu la possibilité de se faire vacciner.
  • Procédure simplifiée de « freinage d'urgence » : la procédure d'urgence visant à retarder la propagation d'éventuelles nouvelles variantes du COVID-19 ou à faire face à des situations particulièrement graves devrait être simplifiée et rendue plus opérationnelle. Il comprendra une notification des États membres à la Commission et au Conseil et une table ronde de la Facilité intégrée de réaction aux crises politiques (ICRP) du Conseil.

Afin de laisser suffisamment de temps pour mettre en œuvre l'approche coordonnée, la Commission propose que ces mises à jour s'appliquent à partir du 10 janvier 2022.

source: https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/es/ip_21_6186

Partagez: