Avril 10 2024

Ils reportent le procès d'une avocate en congé pour grossesse à risque après avoir dénoncé que le tribunal ne voulait pas le suspendre

Le tribunal mixte n°5 de Getafe a finalement reporté le procès de Beatriz Duro Álvarez del Valle, avocate de l'Aide judiciaire de Madrid, en congé pour grossesse à risque, après avoir signalé que le tribunal n'avait pas voulu le suspendre.

L'avocat, en arrêt maladie depuis le 13 mars, a demandé la suspension de l'audience prévue le 18 avril, car elle se tenait un jour avant la date d'échéance des comptes. Au lieu d'accepter sa demande, le tribunal a demandé au Colegio de la Abogacía de Madrid va nommer un nouvel avocat pour défendre son client.

« Cette résolution a violé mes droits et ceux du client, affectant le droit à l'égalité et à une protection judiciaire efficace. L'article 21 bis de la loi sur l'aide judiciaire gratuite autorise la demande de changement d'avocat uniquement au bénéficiaire du droit et non au tribunal », dénonce l'avocat.

L'avocat a demandé la protection de l'ICAM, qui l'a accordée et a rejeté la demande de nouvelle nomination du tribunal. Finalement, le tribunal a accordé la suspension de l'audience et exhorte l'avocat dans une lettre de diligence à « communiquer à ce tribunal la date de naissance, pour commencer le calcul du délai prévu à l'art. 179.3 du Code de procédure civile, qui est indiqué pour les cas de naissance et de soins d'un mineur », ​​dont le congé est de 16 semaines.

« Les questions d'actualité sont d'égale importance et méritent la même considération que celles des individus », ajoute l'avocate, car – insiste-t-elle – « nous sommes confrontés à une procédure d'expulsion, dans laquelle la suspension ne viole pas les droits fondamentaux ni les la loi exige un traitement d’urgence, en effet, la partie adverse n’a pas demandé le changement de désignation.

La approbation du décret royal 5/2023 du 28 juin Il prévoyait la suspension des procès et des délais pour ces affaires, répondant ainsi aux principales exigences de la profession juridique en matière de conciliation. La suspension des audiences et des rendez-vous pour cause de maladie et de naissance était une Revendication historique de la profession d'avocat, qui réclame depuis longtemps sa réglementation l'empêcher de dépendre de la discrétion des juges.

Duro conseille aux avocats dans ces situations de les dénoncer publiquement. « Qu’ils demandent la protection du Collège. La suspension des procès en matière de naissance et de garde d’enfants est l’un des rares droits dont disposent les avocats.

 

Partagez: